DE  |  FR

Numérisation des photos

Numérisation de négatifs et de tirages

[08-10-2015] Quelle résolution choisir lors de la numérisation de photos (négatifs et positifs) ?

Il convient d'abord de faire la distinction entre les tirages et le négatif proprement dit. Il faut si possible, toujours numériser le négatif.

Pour les tirages, la littérature s'accorde à dire qu'une résolution de 600 dpi et une profondeur de couleur de 24 bits RVB (RGB) sont le meilleur choix. Pour les très grands tirages, la résolution peut être réduite à 300 dpi pour des raisons économiques.

Pour les négatifs, une résolution de 2400 dpi est généralement recommandée pour les petits formats, 1200 dpi pour les grands formats. Cette recommandation est principalement basée sur les possibilités techniques lors de la numérisation et sur des considérations d’économie d’espace de stockage concernant la taille du fichier à numériser, mais ne peut pas vraiment être justifiée techniquement.

Un bon film couleur des années 80 dans une caméra professionnelle atteint une résolution de 45 lp/mm (paires de lignes par millimètre, lp = une ligne noire et une ligne blanche chacune). Une conversion approximative de lp/mm en dpi est de 1 lp/mm = 50 dpi. Selon le théorème de Nyquist-Shannon, nous avons besoin de deux fois la fréquence d'échantillonnage pour capturer complètement le signal, ce qui correspond à deux pixels par ligne, soit une résolution de 100 dpi pour capturer 1 lp/mm sur film. Si nous poursuivons le calcul, nous obtenons une résolution de 4500 dpi pour notre exemple. Bien entendu, il s'agit de valeurs purement théoriques et, elles ne sont pas du tout applicables en pratique.

Un négatif sur plaque de verre du XIXe siècle atteint également un maximum de 20 lp/mm, mais la surface est beaucoup plus grande. Si nous calculons la mémoire requise pour une plaque de verre de 18x24 cm d’une résolution de 20 lp/mm = 2000 dpi, nous obtenons environ 3 Go non compressés à 4000 dpi et une profondeur de couleur de 24 bits, soit presque la taille maximale pour le TIFF. Si nous suivons les recommandations de Memoriav ou de la NARA et choisissons 1200 dpi, le fichier est dix fois plus petit, à savoir 275 Mo. Avec une compression sans perte visuelle de 1:10 en JPEG2000, cela fait tout de même 27 Mo. Pour des raisons d'économie de mémoire, il peut être approprié de réduire encore la taille de ces fichiers. Toutefois, il ne faut pas obtenir ce résultat par une résolution plus faible lors de la numérisation, mais plutôt par une meilleure compression avec perte à l’aide de JPEG2000 ou une compression sans perte avec LZW en TIFF.